La rue de l’Assommoir 

 Rue de l’assommoir à Pavilly, vous n’y trouverez ni le numéro 1 ni le numéro 2 ni les numéros suivants d’ailleurs. Pas plus que de bouge infâme où l’on viendrait s’assommer à coups de mauvais vin ou d’alcools frelatés. Il est pourtant des rues où le bruit de la chaussée qui rechigne à supporter le poids des véhicules qui la maltraitent…….vous assomme.

Ça y est ! Vous les situez ? Bien sûr ! Il s’agit de deux des rues du centre de Pavilly qu’on  pourrait rebaptiser sous un même nom  » rue de l’assommoir« .

L’assommoir : bouge d’où l’on sort, ivre mort, pour « se rouler dans le caniveau ».

Rue de l’assommoir : rue dans laquelle les voitures qui roulent dans le caniveau vous assomment. Çà y est : la boucle est bouclée !

Messieurs Delalandre et Maillard dont le prestige méritait bien un lifting devront attendre que le docteur Viafrance réaffûte ses bistouris pour une énième intervention réparatrice. Gare aux cicatrices !

 

A..bstention, tension et demie !!!

 Au cours du conseil municipal du 30 avril 2014, nous nous sommes abstenus de voter le chapitre 23, jugeant insuffisant l’effort d’investissement proposé par la majorité. Il était évident que tout rectificatif ultérieur de  ce chapitre recevrait la même réponse de notre part. Logique !

Ce fut le cas, lors du conseil municipal du 16 décembre 2014, lorsque fut soumise au vote une décision modificative de régularisation d’écriture comptable sur ce même chapitre 23 ; simple mesure d’ajustement comptable, qui permet d’entreprendre les travaux de remplacement des menuiseries de l’école André Marie.

Cette nouvelle abstention (logique encore une fois) nous attira les remontrances très appuyées du maire ainsi que de  quelques élus de sa majorité, offusqués que l’on puisse ne pas soutenir une telle mesure. Il est à noter que notre position n’a soulevé aucune remarque du maire en commission des finances  alors qu’elle y avait été exprimée de façon identique. 

Nous voilà donc pris en flagrant délit d’insubordination. Pire encore : on nous accuse de refuser ces travaux alors que notre abstention était argumentée depuis avril 2014 par l’insuffisance de ces mêmes travaux.

Il n’est pire sourd que celui qui ne veut pas entendre !

 

Le Rad’O coule…….les élus sont amers !

Le point 12 de l’ordre du jour du Conseil municipal du 16 décembre 2014 présente une « proposition d’avenant à la convention de fonctionnement d’un accueil de jeunes ».

La note de synthèse  distribuée aux élus avant le conseil fait état d’une décision prise en septembre 2014 de fermer l’accueil des jeunes au Rad’O en période scolaire.

Deux raisons à cela nous explique-t-on  :

  • la faible fréquentation du Rad’O pendant les périodes scolaires. On nous précisera en séance publique du conseil,  qu’il pouvait arriver que les 3 animateurs affectés à la structure soient présents pour un seul jeune durant ces créneaux horaires.
  • Le besoin de transférer les heures  faites par les animateurs pour des nouveaux créneaux dédiés aux nouveaux rythmes scolaires.

Nous avons voté contre cet amendement parce qu’il s’agit d’un renoncement pur et simple à une politique de lutte contre le désœuvrement si souvent dénoncé chez nos jeunes. 

mais aussi parce que  :

  • la commission Enfance-Jeunesse n’a pas été réunie pour évoquer cette fermeture : les élus et pas seulement ceux de l’opposition sont mis devant le fait accompli.
  • aucun argument n’est apparu pouvoir légitimer cette fermeture : analyse des raisons de la sous-fréquentation du Rad’O en période scolaire alors que 3 animateurs sont affectés à son service, analyse de la fréquentation dans les années précédentes, mesures à mettre en place pour redonner à ce service son utilité sociale.

Défaut de démocratie locale, absence de projet pour la jeunesse pavillaise qu’on renvoie à son désœuvrement.

 

 

Plus de son, plus d’images ?

Conseil municipal extraordinaire lundi 3 février 2014

Lundi soir a eu lieu un conseil municipal extraordinaire concernant le redécoupage des cantons.

Tout d’abord, voulant intervenir sur l’intitulé de la convocation faisant référence à l’article L 2121-11 qui ne concerne que les villes de moins de 3500 habitants, il nous a été répondu que ce n’était pas à nous de mener le débat! Ce qui est vrai! Nous voulions juste attirer l’attention sur le défaut de procédure et que la Préfecture pourrait remettre  en cause la validité de la délibération.

Après avoir approuvé le caractère d‘urgence de cette réunion en ayant enfin pu exprimer que la convocation n’était pas réglementaire et que le Maire devait nous fournir une note de synthèse avec la convocation, le débat pouvait se tenir.

La motion proposée par la majorité contre le projet de délimitation des nouveaux cantons du département nous a été présentée.

Nous avons présenté, à notre tour, notre motion contre ce redécoupage (voir ci-après). Après quelques vifs échanges, M. Le Maire soumit les deux motions au vote :

Motion du Maire : 23 pour; 5 abstentions.

Motion du groupe Pavilly demain : 22 contre; 1 abstention (un maire adjoint); 5 pour.

M. Le Maire avait reconnu que notre motion était à 99,99% semblable à la sienne ? Pourquoi voter contre ?

MOTION DU GROUPE PAVILLY DEMAIN

Les services de l’État ont dévoilé la nouvelle carte des cantons du département de Seine Maritime issue du redécoupage relatif à la loi 2013-403 du 17 mai 2013. Ce projet sera présenté en séance plénière du Conseil général le 6 février 2014 qui devra rendre un avis consultatif sur cette nouvelle carte. Dans la forme actuelle de la nouvelle carte, le canton de Pavilly disparaîtrait et la commune de Pavilly perdrait, en conséquence son statut de Chef lieu de Canton.

Ce projet est dévoilé sans avoir été précédé de la moindre consultation des conseillers généraux, maires et conseils municipaux qui ont aujourd’hui à répondre, devant leurs administrés, de la légitimité et de la pertinence de ce redécoupage.

Pavilly se voit rattachée à un nouveau canton (ND de Bondeville) alors que Barentin sa voisine – jusqu’à ce jour dans le Canton de Pavilly – se voit promue chef lieu d’un Canton différent.

Cette mesure est lourde de conséquence pour la continuité des coopérations et mutualisations existantes, en cours d’élaboration ou à venir entre ces 2 communes. Au-delà d’elles, c’est la cohésion de la Communauté de Communes Caux / Austreberthe qui pourrait être déstabilisée.

De plus Pavilly se trouve amputée d’une partie des recettes auxquelles elle pouvait prétendre au titre de la Dotation de Solidarité Rurale. Il ne semble qu’aucune compensation n’ait été prévue de façon pérenne puisque cette dotation doit disparaître à la suite du prochain renouvellement des Conseils Départementaux en 2015.

Au regard de ces éléments, le Conseil Municipal de Pavilly, en sa séance du 3 février 2014, demande que soit repris le projet en prenant en compte les territoires de l’EPCI, la position géographique des chefs lieu de canton sur les territoires et le maintien, de façon pérenne, des dotations financières aux communes qui en bénéficient.

Pavilly le 3 février 2014

Difficile pour l’opposition d’obtenir la parole, de faire reconnaître notre droit à disposer des documents préparatoires dans le délai réglementaire, sans être encore une fois attaqué sur notre « prétendue » dépendance politique ! Nous étions déjà interdits d’images, nous faillîmes être privés de son. En revanche le discours politique du candidat apolitique, lui, a lui été clair.

 

Inauguration du marché de Noël

Mercredi 18 décembre, l’inauguration du marché de Noël, Place Varin, a été l’occasion d’entendre la Chorale des Aînés Ruraux qui n’a pas hésité à venir en nombre et à affronter le vent quasi glacial. Cette prestation de qualité a réchauffé les exposants, le public et les élus que les chants de Noël ont un court instant replongés en enfance. Nous avons apprécié le plaisir évident des choristes à donner ce récital ainsi que le dynamisme et l’humour du chef de chœur. Un vin chaud nous a ensuite réunis à la Mairie.

 

 

Je stationne, tu stationnes, nous stationnons……………

Quelques courses rue Jean Maillard : le journal, le pain, des fruits pour ce soir. Petit homme marche à côté de moi, se tenant à la poussette où s’impatiente sa sœur.

La voiture est garée rue St Laurent.  Nous prenons à droite à l’angle de la Caisse d’Épargne ; le chemin est barré par une Clio en stationnement sur le trottoir. Qu’importe : il suffit juste, de veiller à ce que petit homme ne lâche pas la poussette, pendant que je la descends du trottoir, de veiller à ce qu’aucun véhicule ne surgisse dans le virage en provenance soit de la poste, soit de la mairie, de prendre place sur la chaussée, hors du passage protégé qui se trouve de l’autre côté de la Clio, pour contourner la voiture.
Il faut aussi penser à remercier cette dame qui, descendant de la Route de Goupillières, stoppe sa C3 pour nous laisser passer puisque à notre tour nous la gênons dans sa progression car nous prenons de la place sur la chaussée.

Enfin nous retrouvons le trottoir pour rejoindre notre voiture……… garée bien comme il faut.                                                       Manquerait plus qu’il pleuve !

 

La dernière réunion du Conseil municipal de l’année

Le 16 décembre se tenait le dernier Conseil de l’année 2013. Conseil, de fin d’année civile, plutôt calme, éminemment technique puisque les points à l’ordre du jour concernaient des mesures de régularisation comptable, la poursuite du transport scolaire vers le collège, des autorisations réglementaires à donner au Maire, des validations de la gestion courante d’une commune qui ne demandaient pas de discussion, d’autant qu’elles avaient eu lieu dans les commissions où nous siégeons assidûment. Aucun de ces points ne méritaient d’abstention ou de vote contre : ce qui aurait, de notre part, correspondu à une attitude polémique outrancière et stérile. Nous sommes là encore dans la droite ligne de ce que nous avons toujours énoncer : être une opposition constructive.

Un point, toutefois, requiert dès à présent notre vigilance : l’élaboration du Plan Local d’Urbanisme (PLU) annoncée par le Maire qui sollicitait l’autorisation de consulter un Cabinet conseil.  Ce PLU qui remplacera à terme le Plan d’Occupation des Sols (POS)  doit tenir compte du récent déclassement de certaines zones déclarées inondables suite aux intempéries de sinistre mémoire. La politique d’urbanisation de la ville et les choix en matière d’équipements sont, eux, des sujets qui risquent de susciter des débats voire des oppositions , utiles celles-là.

 

Un après-midi « caninculaire »

Par un chaud après-midi d’août, aller chercher l’ombre du colombier ou du noyer voisin pour laisser gambader un bambin qui ne trouve pas le sommeil de la sieste. Cette idée relève du bon sens. Pavilly possède des espaces verts proches du centre bourg : c’est ce qui en fait le charme. Le contournement du Carré d’Esneval le long de la rivière, le léger tumulte de la cascade, semblent déjà rafraîchir l’atmosphère.
Le colombier, un peu seul à cette heure de la journée, abrite du soleil une toute petite partie de pelouse fraîchement tondue et des pavés qui l’entourent.
Il faut aller vers le noyer afin de trouver suffisamment d’espace ombragé pour le petit-d’homme insomniaque. On le détache de la poussette. Il est ravi, babille, court, encore malhabile. Le pauvre ne sait pas slalomer entre les crottes de chien !

tribune septembre 2013

Une rentrée scolaire riche

Une nouvelle rentrée scolaire vient de se dérouler au niveau national, avec l’annonce de la refondation de l’école :

– l’arrivée de 7550 nouveaux enseignants dont 3 350 en primaire

– l’ouverture des ESPE (École Supérieure du Professorat et de l’Éducation)

– la relance de la scolarisation des moins de trois ans.

Une proposition a également été concrétisée à la fin de l’été par la création d’emplois pérennes
d’AVS (auxiliaire de vie scolaire) , un grand soulagement pour les familles dont les enfants sont accompagnés dans la classe  par ces personnels !

A Pavilly, l’ouverture d’une cinquième classe à l’école Francis Yard, annoncée en juin, a bien eu lieu ! Il semble cependant que son installation dans un local exigu pose des problèmes organisationnels. Les élèves de maternelle ont besoin d’espace, car ils se déplacent souvent pour des activités diverses. L’accroissement du nombre de petits a nécessité l’augmentation du nombre de places au dortoir et la création d’un deuxième service de cantine.

Autre point important en cette rentrée pavillaise : la mise en place à l’essai du transport pour le collège « les Hauts du Saffimbec » jusqu’en décembre 2013.

A ce jour, plus de 110 jeunes sont inscrits à la régie et disposent d’une carte de transport. Les ramassages se font en deux points : l’un rue de Freckenhorst et l’autre place de la Mairie matin et soir.

Cette fréquentation montre bien qu’il y avait un besoin réel pour les jeunes pavillais comme le constataient les parents. Leur combat était justifié ! Combat que nous avons toujours soutenu et les critiques formulées sur nos positions semblent désormais oubliées. Souhaitons que cet essai soit transformé ! Nous continuerons à y être attentifs.

Dernier point qui va nous mobiliser rapidement : la réforme des rythmes scolaires applicable à la rentrée 2014. Le conseil municipal n’a pas souhaité la mettre en place en septembre 2013. Pour rappel, il s’agit de réformer les horaires de classe en diminuant le temps de présence à la journée, et en instaurant la classe le mercredi matin. Les communes doivent présenter leur projet à l’Inspection d’Académie à la mi-octobre 2013 afin que les décisions soient effectives en décembre 2013. Parents d’élèves, services techniques, équipe d’animation, enseignants, élus doivent se réunir pour mettre en forme un projet adapté au rythme et aux besoins des enfants. Cette nouvelle organisation oblige à réfléchir sur la proposition d’activités périscolaires diverses et attractives et la disponibilité de locaux. Nous restons vigilants quant à la qualité des activités proposées et nous sommes dans l’attente des réunions de travail qui devraient maintenant s’accélérer pour tenir l’échéance.

Enfin les travaux d’accessibilité à l’école Curie, dont le sujet est évoqué depuis plusieurs exercices budgétaires, ont été réalisés cet été. Un temps d’adaptation est nécessaire pour vérifier leur efficacité.

Le groupe d’opposition municipale PAVILLY DEMAIN