Nous voterons contre parce que nous sommes contre !!

Nous voterons contre parce que nous sommes contre !!

Nous voterons contre l’autorisation d’ouverture 12 dimanches entiers parce que nous sommes contre !!  Surtout à Pavilly

La Communauté de Communes Caux Austreberthe (CCCA) a dû se prononcer lundi 25 novembre pour ou contre la reconduction de l’autorisation d’ouverture 12 dimanches ou jours fériés par an au profit des grandes surfaces de l’agglo. Les maires de Barentin et Pavilly ont d’emblée justifié l’exercice d’équilibriste qui consiste à reconnaître être contre cette mesure mais devoir voter pour. Le principal argument des maires des 2 principales communes de la CCCA, Michel Bentot et François Tierce pour justifier cette contorsion idéologique :

La concurrence est dure entre les grandes enseignes et aggravée par le commerce en ligne

Nous pourrions ajouter qu’elle est aussi aggravée  par la concurrence entre les secteurs géographiques  : Roumare, Pissy-Poville d’un côté et  Ste Marie des champs, Yvetôt de l’autre.  Chaque commune, appuyée par sa communauté de communes  a voulu sa part du gâteau en permettant à sa zone commerciale de s’étendre ce qui justifie que la CCCA  soit dans la  quasi obligation d’autoriser l’ouverture 12 dimanches ou fériés par an pour ne pas priver le centre commercial de Barentin des mêmes droits que ses concurrents. Le gigantisme de ces zones commerciales produit ses effets pervers : le nombre d’enseignes fermées est là pour en témoigner.

Et Pavilly dans tout ça ?

Market, son unique grande surface ouvre déjà le dimanche matin toute l’année comme le rappelle François Tierce, ainsi que le lundi  toute la journée (entorse à aux règle du repos dominical ??) . Lui accorder l’autorisation d’ouvrir le dimanche après midi 12 fois dans l’année revient à l’autoriser 12 fois par an à ouvrir 2 semaines non-stop !!! C’est un non sens absolu !!!  Autorisation que Market n’a d’ailleurs pas utilisée durant 2019, comme le rappelle le maire de Pavilly, et c’est tant mieux. Il s’agirait donc là d’une dérogation « au cas où » des mauvais résultats viendraient menacer l’emploi. Certes, mais également une aubaine pour accroître, en période faste, ces mêmes résultats : privant ainsi, uniquement  pour le profit,  les salariés de leur repos dominical déjà bien amputé. Non, franchement c’est non !

Un autre argument légitimerait le « non » qui fait si peur à nos édiles. On parle de la concurrence à l’intérieur et entre zones commerciales, du risque économique pour les commerces de ces grandes zones. S’est-on soucié, se soucie-t’on  de cette concurrence pour le « petit » commerce de Pavilly et des communes environnantes. S’est on ému depuis 1973 de la lente mais régulière décrue du commerce de proximité  dans les bourgs environnants.

Pavilly fait figure de rescapée de la dévitalisation commerciale qui a contaminé les communes environnantes y compris Barentin elle-même.

Pavilly résiste !!!!!!

Voilà l’occasion de reconnaître cette résistance de nos commerces de proximité, la capacité de nos commerçants de continuer à être les animateurs des lieux de rencontres que représentent leurs magasins, leurs salons, leurs agences, leurs cafés, leurs restaurants.  Aujourd’hui, l’équilibre est précaire pour eux. Des boucheries, des charcuteries ont déjà baissé leur rideau et ne rouvrent pas tous faute de repreneurs.

Pavilly et son conseil municipal n’ont pas à porter la responsabilité de la crise de croissance d’un géant commercial dont le contrôle échappe à ses promoteurs historiques.

Soyons vigilants avec nos commerçants, pour eux mais aussi pour nous ! Ayons le courage de dire non au renouvellement de l’autorisation d’ouvrir 12 dimanches après midi en 2020 à Pavilly.

Nous sommes contre et nous voterons contre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.