EHPAD de Pavilly en colère !

« Le manque de personnel dans tous les services conduit à la maltraitance institutionnelle.. »

Manque de temps pour accompagner les résidents aux toilettes, douche parfois une fois par mois, manque de personnel pour la distribution des repas et aide aux repas, glissement de tâches (distribution de médicaments par les ASH..) manque de relationnel, heures supplémentaires …

Des infirmières en difficulté face au manque de médecin traitant……

Une grande souffrance de tout le personnel et des conditions inacceptables pour les résidents!

Brèves de conseil

 

Que faut il retenir du conseil municipal du 8 Avril 2019 ?

Les comptes administratifs du transport scolaire et de la commune ont été adoptés. A noter que l’excédent de fonctionnement du compte administratif de la ville ne s’élève pour l’exercice 2018 qu’à183 310.89€ (à noter qu’en 2017 il était à 583 000€).

Tous les tarifs municipaux (restauration scolaire, accueil périscolaire,, centre de loisirs, aide de la commune aux classes découvertes….) ont été approuvés avec une augmentation de 1.5%. Les tarifs du transport scolaire restent identiques.

Pour les crédits scolaires, les dotations pour les fournitures scolaires, l’Aménagement du Temps de l’Enfant, la bibliothèque, le R.A.S.E.D., et les coopératives scolaires sont restées identiques. A noter que nous avons voté contre les dotations fournitures scolaires pour l’école privée (44.80€ par enfant) ainsi que pour la dotation par enfant à cette même école (315.20€ par enfant). 48 enfants pavillais fréquentent cette école dès 3 ans.

Les taux d’imposition pour la part communale n’augmenteront pas en 2019. A préciser que ceux de la communauté de commune n’augmenteront pas non plus. Nous avons approuvé les subventions aux associations à l’exception de celle de l’OGEC (école privée).

Nous avons approuvé la convention d’objectif avec l’Olympique Pavillais, obligation réglementaire qui s’impose aux communes quand la subvention allouée dépasse les 23 000€.

Le Maire a souhaité allouer une subvention à un jeune couple de pavillais qui va participer à la 23ème édition du 4L Trophy.

Nous nous sommes prononcés ensuite contre la demande de subvention sollicitée auprès de la communauté de communes pour la création d’un parc urbain à la place du terrain de football de l’avenue Jouvenet. Non pas qu’il ne faille pas demander de subvention quand elles sont possibles, mais nous avons estimé qu’au regard de la situation financière de notre commune ce projet était loin d’être prioritaire. Il est estimé à 450 000€ sur trois ans.

Deux autres subventions pour les quelles nous avons donné notre accord vont être demandées à la communauté de communes pour la réalisation d’aire de stockage de containers en centre ville et d’un déshumidificateur pour les terrains de tennis couverts à la Viardière.

Venait ensuite le point majeur de ce conseil, le budget prévisionnel de la commune. Nous y reviendrons ultérieurement de façon détaillée. Néanmoins nous vous informons que nous avons voté contre ce budget pour sa partie des dépenses de fonctionnement et pour la partie des dépenses d’investissement.

Enfin nous avons approuvé la mise en place d’une convention concernant la gestion des caméras installées aux sources dans le cadre de la vidéo protection.

Services publics malmenés!

Encore une mise à mal du service public

Lors du conseil communautaire du 19 Mars 2019, le maire de Limésy a fait voter une délibération concernant la diminution de personnel au centre des finances publiques de Barentin.

Pour des raisons de restrictions budgétaires, l’effectif devrait passer officiellement de 11 à 10 personnes.

Or depuis Août 2018, l’effectif est réellement de 8 personnes dont trois feront valoir leur droit à la retraite en 2019. Parmi ces trois personnes figurent le chef de centre et son adjoint pour lesquels aucun remplacement n’est prévu à ce jour.

Toutes ces décisions portent préjudice au service rendu pour les collectivités, les fournisseurs mais aussi et surtout les administrés.

C’est de nouveau un coup dur porté au service public sur notre territoire.

Les scénarios élaborés pour remplacer ces trésoreries seraient entre autres, de faire supporter à certaines communes ce service et bien entendu les charges financières qu’elles impliquent, payées par l’impôt local ou encore d’imaginer la trésorerie itinérante……

Il faut que tous les élus locaux, départementaux, régionaux et nationaux de notre territoire se mobilisent comme l’ont fait l’ensemble des élus communautaires pour sauver ce service public d’état!

Brèves de conseil

Lundi 11 mars s’est tenu le conseil municipal traitant notamment du DOB (Débat d’orientations budgétaires).

Sur ce sujet, nous avons pris connaissance des orientations du budget national, le contexte économique et financier de 2019, avant d’en arriver à la situation communale. Après avoir présenté la situation budgétaire et financière de Pavilly en 2018 axées sur des dépenses d’investissement en hausse, notamment liées à la reprise des emprunts du syndicat intercommunal et du collège, et des recettes de fonctionnement quasi stables. La situation reste fragile comme en témoigne la baisse de l’excédent total d’investissement de 469 643€ en 2017à 213 191€ en 2018.  Bien que beaucoup d’éléments ne soient encore connus, l’orientation  globale est au maintien des dotations de 2018. Celles-ci sont en constante baisse depuis 2010. Puis ont été présentées les grandes lignes des sections de fonctionnement et d’investissement.

Les prochains séjours proposés aux jeunes de 6/10 ans et 11/15 ans ont été adoptés.

S’ensuivirent des demandes de subventions auprès du Département et parfois de l’Etat pour financer divers projets: déploiement de la vidéosurveillance, aménagement du parc urbain, extension du cimetière, accessibilité, travaux d’aménagement de rue, …que nous avons adopté.

Nous avons également approuvé le déclassement de l’ancien  stade situé rue Jouvenet du domaine public au domaine privé de la commune, et la cession à Bouygues immobilier qui doit acheter le site de l’ancien collège.

Plusieurs cessions et acquisitions de maisons ou garages ont été adoptées.

Nous avons approuvé également l’octroi d’une aide financière pour un particulier afin de faire une recherche et le comblement d’une cavité souterraine menaçant son habitation.

Avant de prendre connaissance du rapport annuel d’accessibilité, nous avons opté pour la dénomination de l’impasse Roger Manteau (maire de Pavilly de 1953 à1960) desservant le lotissement « les rives de l’Austreberthe » en remplacement du choix précédent au vu du contexte historique particulier de la seconde guerre mondiale.

Grand Débat à Pavilly

Le Grand Débat à Pavilly

Dans le cadre du Grand Débat National, la communauté de communes Caux Austreberthe organise:

Le Mardi 26 Février 2019 à 18h00 à la salle de la Dame Blanche à Pavilly

une soirée débat autour de 4 thématiques:

-a fiscalité et les finances publiques.

-La transition écologique.

-Démocratie et citoyenneté.

-Organisation de l’état et des services publics.

Les conclusions de ces échanges seront transmises à la Préfecture de Seine Maritime.

Les débats seront animés par des conseillers communautaires.

 

Notre ami Yannick est décédé.

 

 

Nous sommes très peinés d’apprendre le décès de notre ami et collègue Yannick Robichon en ce mercredi 13 février 2019.

Il sétait investi dans la vie municipale depuis 1995, adjoint aux travaux sous la mandature de Jean Claude Bateux jusqu’en mars 2001.

Yannick avait mené avec nous, deux campagnes électorales, l’une en 2008 puis celle de 2014.

Il siégea avec nous, au sein du groupe Pavilly Demain, dans l’opposition, au conseil municipal de 2008 à 2014.

Très rigoureux et mobilisé sur de nombreux dossiers, il nous a apporté de précieuses informations sur le fonctionnement des finances municipales, sur les travaux.

Nous présentons nos plus sincères et chaleureuses condoléances à Catherine son épouse, Maxime son fils et Gabin son petit fils et à toute sa famille.

Un hommage lui sera rendu lundi 25 février à 10h au crématorium d’yvetot.

Dématérialisation

Un nouveau service aux publics

Alors que ferment les dernières boutiques SNCF où il était encore possible d’acheter des billets de train en ayant ce privilège d’avoir un contact physique qui permet l’échange et offre de conseils, après que cette même entreprise ait fermé des gares comme à Barentin, le Défenseur des droits publie son rapport sur la dématérialisation, seulement consultable en ligne (sic) !

Dans ce nouveau monde du tout numérique, presque obligatoire, nombre de personnes sont perdues. Pas seulement le demi million de Français qui vivent dans ce que l’on appelle les zones blanches où l’internet reste absent; pas seulement les 7 millions qui ne se connectent jamais, ceux qui n’ont pas de smartphone (27% des français) ou d’ordinateur (19% des français)… Mais tous ceux qui se sentent « largués »: un tiers de la population adulte, soit près de 20 millions de personnes, s’avoue peu ou pas à l’aise face à un ordinateur.

Parmi eux, on peut y retrouver des personnes déjà fragilisées, peu ou pas familiarisées avec les diverses manipulations sur l’ordinateur: cliquer ici ou là sur l’écran, remplir en ligne des foultitudes des formulaires, d’avoir des identifiants et des mots de passe, de télécharger des pièces jointes, de s’adapter au vocabulaire informatique et aux différentes procédures. L’égalité d’accessibilité n est pas réalisée.

Il n’est pas question de ralentir ce mouvement censé nous simplifier la vie même si les premiers effets néfastes ont commencé à engendrer les premiers dommages collatéraux dont la fermeture accélérée des services publics de proximité. Un objectif est affiché : en 2022, 100% des services publics doivent être sur internet et avec eux la suppression des fonctionnaires. A l’heure où se terminent les cérémonies des vœux au cours desquelles beaucoup ont salué la présence des services publics de qualité dans leur commune justifiant ainsi l’impôt, il faut maintenant commencer à réfléchir au dispositif que ces mêmes communes devront mettre en place demain pour permettre l’égalité d’accès aux services en ligne.

Compteur Linky (suite)

 

Alors qu’Enedis déploie sur notre commune ses premiers compteurs dits » intelligents » que l’on pourrait aussi appeler « compteurs espions », les premiers effets négatifs commencent à faire leur apparition (disjonction intempestive, coupure, demande de renseignements auprès du concessionnaire qui se transforment en augmentation de la puissance souscrite, dépannage auprès des personnes vulnérables à qui l’on vend une augmentation de puissance….). Une commune de notre région a réussi,et gagné au tribunal administratif de Rouen face à Enedis grâce à l’implication de son maire et des élus qui lui ont  transmis  un courrier. Celui-ci stipulait  de laisser le choix aux habitants d ‘accepter ou non  la pose de ces compteurs sur sa commune.

(https://france3-regions.francetvinfo.fr/normandie/eure/eure-romilly-andelle-emporte-enedis-concernant-installation-compteurs-electriques-linky-1610019.html).

Nous réitérons notre demande d’engager une telle démarche sur notre commune pour le bien être et la tranquillité des abonnés.

Ecole maternelle obligatoire

L’école obligatoire à 3 ans !!

Le ministre de l’éducation nationale vient d’annoncer la mise en place de l’obligation scolaire à 3 ans pour la rentrée prochaine.

Des statistiques nous informent que 97,6 % des enfants de 3 ans et quasiment 100% des enfants de 4 à 5 ans sont scolarisés. Quelle avancée pédagogique cette obligation va-t-elle faire émerger ?

Cette réforme va avoir un impact financier pour les communes sont implantées des écoles privées sous contrat comme Pavilly.

En effet, la loi Debré de 1959 prévoit que les communes participent dans les mêmes proportions aux frais de scolarité des élèves dans leur commune qu’ils soient en école publique ou privée sous contrat. Précédemment cette charge financière ne concernait que les élèves d’élémentaire puisque l’obligation était fixée à 6 ans.

Or à partir de septembre 2019, les communes vont devoir s’acquitter également des frais pour les élèves scolarisés en maternelle dans les écoles privées sous contrat situées sur leur territoire !

A Pavilly, cette question est évoquée à chaque budget, pour 2019, nous y serons vigilants et vous informerons des sommes allouées.

Cette charge supplémentaire risque encore d’ impacter les finances communales déjà fragiles comme le rappelait M le Maire dans le dernier bulletin municipal.

brèves de conseil

Le conseil municipal de fin Décembre comportait 38 points à l’ordre du jour. De nombreux points ne suscitaient aucun débat. Si la majorité avait, comme nous, refusé d’autoriser Carrefour Market d’ouvrir 9 dimanches après midi au cours de l’année 2019, tous les points auraient fait consensus. Nous reviendrons sur ce sujet.

Le nombre de demandeurs d’emploi pour la commune était de 590 au 30 Novembre 2018

Le premier point concernait la présentation du projet immobilier du site de l’ancien collège. Après la défection du promoteur Nexity, le Maire présentait un nouveau projet proposé par un autre promoteur, Bouygues Immobilier. Ce projet prévoit 27 pavillons en accession à la propriété, commercialisés par le promoteur et 48 logements locatifs repartis en deux immeubles R +2 ainsi que 6 pavillons locatifs. Cette partie locative sera rachetée par Habitat 76 qui gérera ensuite l’ensemble. Nous avons approuvé ce projet qui associe accession à la propriété et locatifs (immeuble et pavillons) soit la mixité sociale qui n’avait pas été retenue pour l’autre projet du terrain sous le cimetière.

Beaucoup de points d’ordre administratif suivaient jusqu’à la délibération 27 concernant la demande de dérogation au repos dominical pour les dimanches. Cette année encore le Carrefour Market de Pavilly sollicitait l’autorisation de la commune pour ouvrir 9 dimanches après midi par an. Comme l’an dernier, nous avons refusé d’accorder cette dérogation que nous trouvons inégalitaire par rapport aux commerces de proximité locaux. D’une part parce que ce magasin ouvre déjà sept jours de la semaine tout au long de l’année ce que les autres commerçants n’ont pas le droit de faire, d’autre part car cette ouverture pénalise les commerces ouverts le dimanche après midi. Contrairement à l’année dernière où 9 conseillers de la majorité nous avaient rejoints sur notre position, cette année ils n’étaient plus que trois à voter avec nous contre cette ouverture

Un des derniers points sur lequel nous nous sommes exprimés était la dénomination d’une nouvelle impasse à Pavilly Vallée. En effet un lotissement de 10 pavillons va voir le jour entre la route de Sainte Austreberthe et la rivière Austreberthe. Surprenant de construire 10 pavillons à cet endroit ! Le maire nous assurait que l’instruction du permis de lotir n’avait fait apparaître aucune contre-indication. La voie de desserte recevait ensuite un nom qu’il faudra probablement modifier dans quelques semaines.

Ce dernier conseil de l’année s’achevait sans que nous ayons pu demander quelques précisions ou informations sur certains sujets d’actualité puisque les questions diverses ne sont prévues qu’un conseil municipal sur deux.