Chantier de la gendarmerie

La construction de la future gendarmerie progresse!

Située à l’entrée sud de Pavilly, elle est composée de locaux fonctionnels, de bureaux  et d’appartements pour les gendarmes et leur famille. Elle regroupera les gendarmeries de Barentin et Pavilly.

Le Département finance ce projet et la VILLE de PAVILLY finance le parking visiteurs, les modifications de la voirie et des réseaux électriques.

DSCN1048

 

 

Tribune mai 2013

Trop d’indifférence ne tue pas l’indifférence !

                Pavilly n’échappe pas à la règle : notre commune connaît un nombre de demandeurs d’emploi important. On entend dire communément que la situation est préoccupante : c’est le point de vue de ceux qui assistent au phénomène de dégradation de l’emploi sans être directement touchés.

S’agissant des 485 demandeurs d’emploi recensés en mars 2013 à Pavilly (chiffre donné en conseil par monsieur le Maire)  la situation ou plutôt LEUR situation n’est pas préoccupante, elle est dramatique et d’autant plus dramatique que l’espoir de trouver ou de retrouver un emploi s’amenuise à mesure que leur nombre augmente. Ils étaient 379 en 2009.

Dramatique oui, pour ces 485 personnes !

                En face de chacune de ces situations individuelles que trouvons nous ? Une politique nationale de relance économique et d’aide à l ’emplois dont les effets tardent à se faire sentir. Des organismes institutionnels de traitement du chômage débordés par l’ampleur du phénomène.

Localement, des associations, des bénévoles, des professionnels consacrent, sous différentes formes,  une énergie importante à l’organisation de  l’accompagnement des personnes en recherche d’emploi

Mais à l’échelon communal, à Pavilly, pour un pavillais ou une pavillaise …..rien! Pas la moindre initiative, alors que des communes de même importance voire de plus petite taille ont mis en place des dispositifs d’accompagnement, ont multiplié les initiatives : café de l’emploi – accès Internet  – ateliers – forums ….

Pire ! Pavilly semble ignorer le phénomène.

                Nous en voulons pour preuve la séance du Conseil municipal du 18 février 2013. Un conseiller de l’opposition informe, ce jour, là lors des questions diverses, l’assemblée, que l’entreprise Albea, en charge du chantier de l’A150, recrute et qu’il serait opportun de relayer cette information auprès des pavillais.

La réponse du Maire est radicale :  il « indique que c’est le rôle de Pôle Emploi de diffuser ces annonces de recrutement« *. Certes, mais pour plus d’efficacité cette  information pourrait être relayée par tous les moyens à la disposition de la commune comme cela a déjà été fait, par exemple, lorsque l’Armée recrutait

Renchérissant sur les propos du Maire, une conseillère de la majorité ajoute : « Pourquoi diffuser cette offre d’emploi plutôt que d’autres« *. Mais, bon sang !, s’il y en a d’autres qu’on les communique aussi, qu’on les affiche, qu’on utilise les panneaux lumineux de la Mairie et de l’école Jean-Maillard !  Qu’on manifeste une volonté, une ambition !

Puis, cette élue ajoute cette remarque pleine de bon sens : « trop d’informations tue l’information »*. Magnifique !

En revanche, trop d’indifférence ne tue pas l’indifférence

* vous pouvez retrouver ces propos à la page 26 du procès verbal de la réunion du Conseil municipal du 18 février 2013 sur le site Internet de la Mairie. Le Maire ne pourra pas, cette fois encore, nous reprocher de mentir.

Le groupe d’opposition municipale  PAVILLY DEMAIN

Commémoration du 8 mai

Comme chaque année nous avons participé avec la population, les élus, le conseil municipal des enfants, les pompiers, la police municipal, au devoir de mémoire et commémoré l’armistice de la guerre 1939-1945.8-05-2013

 

Également il faut rappeler le  sacrifice de toutes ces femmes et de ces hommes pour que vive la démocratie dans notre pays.

En cette période difficile il ne faudrait pas que de vieux démons renaissent pour qu’à nouveau réapparaisse ce spectre bien connu de nos aînés.

 

1er MAI

C’était la remise des médailles du travail le matin   du 1er mai en mairie.

1-5-13 Un hommage a été rendu à ces travailleurs qui ont passé 20 ans et plus dans des entreprises locales pour la plupart. En ce jour de fête du travail, nous pensons également à tous ceux qui vivent des moments difficiles  dans leur entreprise ou qui sont licenciés.

 

Site de l’ancien collège

Notre article du N°10 de notre journal précisait bien qu’un éventuel reclassement ,du site de l’ancien collège, en zone non inondable était possible, information communiquée par le Maire lors d’un récent Conseil Municipal en réponse à une de nos questions sur le devenir du site. Nous avons effectivement voté positivement en faveur de la délibération pour l’acquisition de la maison située à proximité de celui-ci.

Enfin dans la presse locale du 11 janvier 2013, c’est bien le Maire qui a exprimé le souhait de voir réaliser sur ce site un projet immobilier. Nous n’avons jamais écrit que des décisions étaient prises mais que nous souhaitions participer aux prises de décision. Dans quel but, vouloir systématiquement  déformer nos propos?

 

Oui monsieur le Maire, nous sommes des élus !!!

Une fois de plus la majorité municipale, le maire en l’occurence, a profité de la tribune d’expression libre du bulletin municipal pour attaquer l’opposition. Les moyens de communication de la mairie, financés par l’impôt, ont  été utilisés pour s’en prendre à l’opposition et ce n’est pas la première fois.

Le maire nous reproche de vouloir mieux exister par notre journal « Pavilly Demain ». Or notre existence est issue de l’élection de 2008 et le droit d’expression et d’information reste un élément essentiel de notre démocratie qui doit rester le fil conducteur de tous les élus! De plus le Maire devrait se rappeler qu’entre 1995 et 2001, il distribuait un document  dénommé « Autrement dit ». Etait ce pour mieux exister?

 

liquidation de Pétroplus

petroplus Au lendemain de l’annonce de la liquidation de l’entreprise Pétroplus, après des mois de rebondissements et de stress intense, « Pavilly Demain » exprime sa plus grande solidarité et son soutien à ces travailleurs dignes et courageux dont parmi eux, des Pavillais et leur famille.

Des Pavillais qui ont su montrer leur détermination pour la sauvegarde de leur emploi tel Nicolas VINCENT membre de l’intersyndicale de Pétroplus.


 

Brèves de conseil du 28 mars 2013

Lors du conseil municipal du 28 Mars 2013

-nous nous sommes abstenus sur les crédits de fourniture scolaire pour l’école privée de Pavilly ainsi que pour les crédits à cette école, soit 345.96 € par élève pour un montant total de 16 952.04 €. La réglementation n’impose pas un montant aussi élevé.

-nous nous sommes abstenus sur le compte administratif 2012. Le résultat fait apparaitre un solde positif de 675 053.70 € qui sera reporté en excédent de fonctionnement pour 2013. Il est à noter que l’excédent de fonctionnement 2011 reporté sur 2012 était de 820 879.09 €

Un drôle de compte a d’ailleurs retenu notre attention

Nous avons demandé pourquoi il y avait un écart aussi important sur le compte combustibles de l’ordre de 85 845 € qui n’avaient pas été dépensés pour un montant budgété de 175 000 €.

Dans un premier temps le Maire nous explique que les factures ne sont pas arrivées à temps pour être comptabilisées. Depuis la fin de l’année comptable trois mois se sont écoulés, les factures doivent maintenant être arrivées nous demandons alors que leurs montants nous soient communiquées…

Nous demandons également si le budget primitif 2013 tient compte de ces factures en plus à payer en 2013 s’étonnant que le budget 2013 prévoit le même montant de dépenses que 2012, le Maire répond par l’affirmative.

Dans un deuxième temps après consultation de ses  services le Maire nous indique que des chaudières ont été remplacées et que la consommation à donc diminuée expliquant cette baisse de dépenses.

Mais nous retrouvons toujours au budget 2013 le même montant que 2012 !!!

Comprenne qui pourra !!!

ca-2012-combustibles

-nous avons approuvé les taux d’imposition 2013. Cette délibération a fait l’objet d’un petit temps de confusion. Nous avons en effet signalé des incohérences de chiffres sur les documents présentés, en particulier le montant de la Contribution Foncière des Entreprises pour laquelle le montant des taxes était erronébudget-2013-taux-cpt-blog

-nous nous sommes abstenus sur le budget 2013 en considérant qu’aucun effort budgétaire n’était entrepris sur les dépenses d’énergies. Qu’aucun effort budgétaire n’était entrepris sur les indemnités des élus, au contraire ce poste continuait d’augmenter. Qu’enfin ce budget ne prévoyait rien pour le transport scolaire des élèves de Pavilly fréquentant le collège des Hauts du Saffimbec. Nous nous sommes également abstenus sur les subventions aux associations puisque la municipalité y intègre un des versements à l’école privée et qu’elle fait voter les subventions sur une seule ligne. Nous tenons à préciser aux présidents d’associations et à leurs membres que bien entendu aucune des subventions prévues ne fait l’objet de notre part de quelques contestations que se soit

-nous nous sommes abstenus sur le budget du transport scolaire,pour les raisons évoquées plus haut.

Il n’était pas prévu, lors de ce conseil, de questions diverses.

Force est de constater aux vues de ces anomalies tant au niveau du compte administratif qu’au niveau du budget, que les  commentaires désagréables du Maire à notre encontre dans la dernière tribune sur notre capacité à gérer sont déplacées ou purement électoralistes dans la perspective de 2014.

Enfin nous regrettons le peu de présence de public lors des Conseil Municipaux qui sont, rappelons le,  des séances publiques. Un petit rappel dans le bulletin municipal ne serait pas superflu

 

 

Tribune mars 2013

Réforme des rythmes scolaires

Depuis quelques semaines se sont ouvertes des discussions sur la réforme des  rythmes scolaires pour la rentrée 2013.

En septembre 2008, le ministre X.Darcos annonçait la suppression de la classe le samedi matin sans concertation. Pourtant les expériences des semaines de quatre jours n’étaient pas concluantes !

Depuis mai 2012, le nouveau ministre V.Peillon a entamé une réflexion sur la refondation de l’Ecole. De celle-ci, a émergé la décision de modifier la semaine scolaire.

En effet, les comparaisons entre les autres systèmes éducatifs européens font apparaître une exception française : les écoliers français sont parmi ceux qui ont le plus d’heures d’enseignement dans la journée et le nombre le plus faible de jours d’école (144 contre 187 en moyenne). Les chronobiologistes, spécialistes du rythme biologique, ont depuis longtemps, alerté sur ces questions et sur l’impact sur la vie des élèves. Selon eux, ces rythmes inadaptés sont préjudiciables au bon développement des enfants et à leur évolution scolaire :échec, fatigue..

De ces constats, le projet de réaménagement des horaires, et de la durée de la journée scolaire va dans l’intérêt de l’enfant. Il a toute sa raison d’être et trouve notre entier soutien.

Par contre, la mise en place nous interpelle :

Le Directeur des services de l’Education Nationale a donné un emploi du temps précis : lundi, mardi, jeudi, vendredi 8h30 à 11h30 et 13h30 à 15h45 mercredi 8h30 à 11h30 ou le samedi matin avec dérogation. Il est demandé aux mairies d’organiser des activités périscolaires pour  les élèves de 15h45 jusqu’à 16h30.

Cette réforme qui engage les collectivités locales, oblige les communes à mettre en place une logistique complexe, sans avoir été expérimentée et sans que son coût ait été évalué. De plus, il est demandé une réponse fin mars, amenant à traiter dans la précipitation un sujet qui mérite une réflexion approfondie et élargie.

Pour Pavilly, cette organisation nécessiterait de disposer d’une cinquantaine d’animateurs pour les vingt quatre classes (le taux d’encadrement pour les animateurs étant différent de l’effectif classe). La possibilité est offerte d’allonger la pause du midi avec mise en place d’activités. Se pose également la disponibilité de locaux. Un service de cantine le mercredi midi est également évoqué.

Le coût estimé par la mairie sans aucun document à l’appui, se situe entre 100 000 et 150 000 euros pour une année. Une aide financière de l’Etat est annoncée pour les communes qui entrent dans le système en septembre 2013. Celle-ci s’élèverait à 90 euros par élève. A la  rentrée 2015 ces dotations n’existeront plus. A l‘heure des restrictions de dotations budgétaires  cet engagement pèsera-t-il à terme sur la fiscalité locale ?

Le groupe Pavilly Demain favorable au projet sur le fond, a voté pour le report en 2014 pour laisser le temps de la préparation. Pour respecter  l’intérêt de l’enfant, il convient de mener un travail de concertation auprès des différents partenaires, école, familles et mairie, d’envisager toutes les possibilités pour préparer sereinement la rentrée 2014.

C’est maintenant tout un travail de réflexion et d’échanges que doit mettre en place la commission scolaire, à laquelle nous participerons activement. Il faudra pour cela  que nous soient communiqués les éléments nous permettant d’être constructifs : ressources humaines, locaux disponibles..La commission devra présenter le meilleur projet au conseil municipal afin d’entrer dans le dispositif en septembre 2014.